Le gros fromage du JIR

                    


Hôtel de la Région Réunion
La pyramide inversée où trône le pharaon Didier Robert
l'image nous vient de Francetvinfo



Le titilleur du JIR, Jacques Tillier, a écrit de beaux articles pour encenser le maître de la Région Réunion, Didier Robert, et dénigrer, dans ses édito, ses foies jaunes, la plupart adversaires du pharaon, dont l'intrépide député Thierry Robert.

Le titilleur, par l'odeur alléché, sait très bien qu'à la plus haute fenêtre de la pyramide inversée se tient le maître des lieux avec, en son large bec, un gros fromage, deux millions d'euros. Et le phénix, fier d'entendre sans cesse qu'il est le phénix des cocotiers, a lâché son fromage qui est tombé juste aux pieds du bipède désemplumé.

Le flatteur avait, depuis quelque temps, trouvé de l'aide, il est vrai, en la personne de l'obscur Le Clair qui passe le plus clair de son temps à écrire des articles tels qu'ils ne peuvent que chatouiller l'ouïe du phénix. Et pour faire bonne mesure, avant l'arrivée de la manne précieuse, le titilleur avait déjà jeté aux gémonies son canard boiteux, Yves Mont-Rouge : son très vilain canard cancanait tout autrement; il égrenait ses "coin coin" sans respecter la ligne directoriale du titilleur. C'était vilain à entendre. Horribile auditu, dirait l'ami Cicéron. Et voilà un foie jaune jeté, celui-là, aux oubliettes !

Le Phénix s'est trouvé alors plongé dans la plus profonde béatitude de l'extase, il était pleinement ravi, il était aux anges.

Et le fromage est donc tombé, tout naturellement, tout démo(n)cratiquement !

Gérard Jeanneau, expert ès-magouilles des cocotiers.

Gières, le 3 décembre 2017


PS  - On se souvient ! Le journal de Paul Vergès, Témoignages, était récemment aux abois. Pas un seul titilleur digne de ce nom n'a encensé l'auguste Didier Robert. Finalement la version papier a disparu, il ne reste plus que la version électronique, une peau de chagrin qui ne chagrine nullement notre titilleur roublard qui a ramassé le gros lot.

Là aussi, tout naturellement, tout démo(n)cratiquement !


Et le Quotidien de La Réunion, aux abois lui aussi, a fait plusieurs appels pour une petite subvention. En vain. Mais, après avoir laissé tomber son gros fromage, le magnanime pharaon péi, tout résipiscent, a dit qu'on allait réétudier la question. Va-t-on décrocher là encore un gros fromage ou se contenter d'une minuscule parcelle ?  Karine Nabénésa, un membre très actif de la République En Marche, va-t-elle enfin cesser de rogner les ailes du phénix ? L'avenir le dira. Suivons le volatile qui semble vouloir endosser, hors saison, le costume du père Noël. Zinfos974 ferait bien de profiter de l'aubaine. Si toute la presse péi a sa bonne part, nous allons enfin gazouiller. Eh oui ! à force de contempler le phénix de la pyramide inversée nous nous laissons nous métamorphoser en oiseaux.

Aux dernières nouvelles, notre vilain canard, Yves Mont-Rouge, poursuivi par le phénix devant les tribunaux pour son mal parler, cherche à être apprivoisé, comme une simple colombe, par Nassimah Dindar, présidente du Département et vice-présidente de la Région-Réunion, tout, tout près du phénix. Le contrat signé, le vilain canard sera un docile canard au bec cloué : il sera soumis au droit de réserve. La première dame des cocotiers a de jolis tours dans son sac ! Elle va être encensée par le titilleur péi qui va  roucouler avec encore plus d'ardeur au pied de la pyramide inversée.

Autre nouvelle : le rayonnant phénix, Didi 10% des cocotiers, a harmonieusement croassé : "Nous sauvons 400 emplois au JIR." Ne nous laissons pas étranglés par ce croassement si enjôleur soit-il : compte-t-il les coursiers qui ne travaillent que quelques heures et qui touchent le RSA, les dépositaires de journaux, les ouvriers de la rotative qui roule aussi pour le Quotidien, qui sais-je encore ? Il serait plus juste de dire combien on dépense pour les fiches de paie et quelle est la fourchette pour les divers salaires sans oublier de signaler une petite mention à propos des avantages en nature attribués aux encenseurs de la cocoteraie, car, cela va de soi, il y a lieu de payer l'encens, un encens rare qu'on ne trouve pas en Arabie.